Social Media Links:

Síguenos:

Cancuún México 29 de noviembre - 10 de diciembre 
Choose your prefered language: Español | English

Emissions below 1990 levels

Les émissions sous le niveau de 1990

France
La Presse
08/12/2010

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) au Québec retombent sous le niveau de 1990. En 2008, dernière année pour laquelle les chiffres sont disponibles, elles avaient diminué de 1,2% sous ce seuil. C'est ce qu'ont fièrement annoncé, hier matin à Cancún, le premier ministre Jean Charest et le ministre du Développement durable, Pierre Arcand.

«Ce n'est pas une grande surprise, mais c'est tout de même une bonne nouvelle. On ne peut pas le nier», dit Steven Guilbeault, cofondateur d'Équiterre, lui aussi présent à Cancún pour la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques.

Tous les secteurs n'ont pas contribué également à cette baisse (voir tableau). La baisse s'explique surtout par les industries. Il y a des causes conjoncturelles, comme le ralentissement économique, et des facteurs structurels, comme l'efficacité énergétique. Un troisième élément peut expliquer cette diminution: le sommeil d'un grand émetteur, la centrale de Bécancour. Un sommeil qui compte pour 40% des réductions totales de 2007 à 2008.

Le gouvernement Charest a construit cette centrale après avoir abandonné l'impopulaire centrale du Suroît. Elle devait servir à répondre aux besoins énergétiques du Québec. Mais cette énergie n'a pas été nécessaire en 2008. Québec a donc payé une pénalité de 150 millions de dollars parce qu'il n'y a eu aucune consommation, tel que prévu dans l'entente avec la société TransCanada Énergie. «On prévoit que le Québec sera en surplus énergétique jusqu'en 2020. On n'en aura pas besoin d'ici là. Alors on devra continuer à payer la pénalité», indique Patrick Bonin, de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), lui aussi observateur à Cancún.

Les environnementalistes craignent les conséquences du démantèlement annoncé de l'Agence de l'efficacité énergétique. Le Parti québécois aussi. «On incitait financièrement les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique. Cette aide est nécessaire. Sinon, elles vont donner la priorité à d'autres projets plus rentables à court terme», avertit Martine Ouellet, critique de l'opposition officielle en matière d'environnement.

El contenido de las noticias que se presentan en esta sección es responsabilidad directa de las agencias emisoras de noticias y no necesariamente reflejan la posición del Gobierno de México en este u otros temas relacionados.

    

Page 'Breadcrumb' Navigation:

Site 'Main' Navigation: